geniedulieu banniere

La ouate de cellulose – écolo mais pas biocompatible






Une question qui revient souvent concerne la ouate de cellulose et de sa nocivité pour le corps humain. Ce matériau, produit à base de papier recyclé simplement déchiqueté en confettis, est intéressant du point de vue écologique. Mais comme souvent, l’aspect écologique ou économique n’est pas toujours compatible avec l’être humain.

Les personnes qui produisent des matériaux, n’y voient bien entendu que les avantages, jamais les inconvénients, c’est bien connu. A l’heure actuelle, il existe des machines quantiques capables de voir exactement ce qui se passe dans le corps humain sur les plans physique, énergétique, émotionnel et mental.  Ces machines permettent de mesurer l’impact des matériaux de construction sur l’être humain, de façon reproductible. Ceci va donc bien au-delà des avantages vantés par les fabricants, dont le but premier est de vendre leur produits, sans tenir de ce qui se passe dans des plans plus subtils.

En soi, la ouate de cellulose est un matériau inoffensif, encore que je me demande ce qu’il en est exactement avec les encres, des produits toxiques qui vont diffuser pendant des années lorsque la ouate est chauffée par le soleil. Il suffit de renifler un journal pour s’en rendre compte, ça pue. Quant au sel de bore, un produit toxique, il a été interdit, mais on continue à la trouver dans la plupart des ouates de cellulose (sauf si spécifié par le fabricant). En outre, ce matériau crée une grande quantité de poussières et demande donc une protection ad hoc pour sa mise en œuvre.

Mon objectif n’était pas de faire une analyse chimique du produit, mais bien d’observer  l’effet de la ouate de cellulose sur des plans autres que le plan physique. Les tests ont été effectués à l’aveugle avec trois personnes. Du point de vue du ressenti, nous pouvons dire qu’il y a eu de fortes similitudes, surtout des contractions au niveau de la mâchoire et dans les pieds. Toutes ont été assez décalées sur la gauche, un signe que les corps énergétiques subissent une déviation. Une des personnes a même signalé qu’elle entendait plein de mots dans sa tête, normal me direz-vous pour du papier journal !

Nous avons ensuite procédé à des mesures avec mon appareil GDV. L’exemple ci-dessous résume bien l’effet de la ouate de cellulose sur le corps énergétique, les organes et les chakras.



L’image de gauche représente le champ électromagnétique émis par le corps humain, vue de face et de profil, avant le test. L’image de droite montre les trous qui se sont créés dans le champ d’énergie lorsque la personne tient la ouate de cellulose en main. Les trous correspondent bien à ce qui a été ressenti au niveau des dents, du dos, du système immunitaire et nerveux.

Ces trous peuvent s’interpréter comme suit :

système immunitaire      = insécurité,
système nerveux             = instabilité,
vertèbres lombaires        = subir la situation,
vertèbres thoraciques     = ne pas avoir le choix
mâchoire et dents           = serrer les dents.

En gros toutes les peurs que l’on trouve dans les journaux !

Globalement, la réserve énergétique diminue de 15%, ce qui correspond à de la fatigue physique. La diminution a même été encore plus importante pour une autre personne particulièrement sensible. Ceci signifie qu’une bonne partie des organes voit leur niveau énergétique amoindri en raison de l’influence de l’information contenue dans le papier journal, malgré le fait qu’il soit en confettis. Physiquement, il n’est plus possible de lire les mots, mais l’information, surtout les émotions et les pensées négatives sont toujours imprégnées dans la matière.



 

Le côté droit est davantage atteint, car il représente le côté qui permet d’avancer sereinement dans la vie, plombé par les nouvelles peu réjouissantes dans les journaux.



 

L’image avec les chakras montre bien la translation du champ d’énergie sur la gauche et aussi une baisse de la fluidité bioénergétique.


Conclusion :

Les machines quantiques confirme le ressenti : l’information contenue dans le papier recyclé sous forme de confettis (isolation thermique à base de ouate de cellulose) n’est pas biocompatible. Les cellules captent les informations négatives contenues dans les journaux qui ont servi à élaborer le produit.

Je ne recommande donc pas ce matériau pour isoler thermiquement des maisons.

 

Pour des matériaux biocompatibles, consultez le dossier sur les matériaux écobiologiques

 


 

Stéphane Cardinaux

Architecte EPFL

Praticien et formateur en géobiologie et bioénergie
spécialiste en bilan bioénergétique et électrophotonique GDV