geniedulieu banniere

Le vin et la physique quantique







Vous vous êtes toujours demandé pourquoi un vin n’avait pas le même goût et la même odeur selon le verre dans lequel il était servi ?

Après 10 ans de recherches, Jean-Pierre Lagneau a mis au point le verre parfait. Pour le plus grand plaisir des amateurs de vin. Dans la dégustation du vin, le choix du verre est déterminant. Sa forme influe sur la dégustation comme la forme d'une pièce colore la musique. Mais à chaque étape, à l'œil, au nez et en bouche, le verre risque de fonctionner comme un prisme déformant : il peut dissimuler jalousement un défaut, ou sacrifier la complexité du vin à un seul arôme dominant.

Jean-Pierre Lagneau, dégustateur réputé et concepteur de verres, s'est mis en quête du verre de dégustation parfait. À partir de ses propres recherches psycho-sensorielles (bioénergétiques), et à l'aide de l'acoustique et de la physique quantique, il a conçu le Master's Glass, un verre qui fait parler le vin « tel qu’il est »


Jean Pierre Lagneau

Fort de ce constat, j’ai procédé à des mesures comparatives avec une machine quantique, le Bioscope, créée par Pier Rubesa. Cet appareil permet de déterminer des différences dans
des signatures vibratoires. Y a-t-il un lien entre les mesures physiques et les sensations ? C’est ce que ce dossier vous propose de découvrir.



Le Bioscope

Le Bioscope est un appareil capable de mesurer les signatures vibratoires de toute substance pouvant influencer de l'eau. Son principe physique est basé sur la mesure du champ électrique 3D émis par l'eau lorsqu'elle est influencée par une vibration extérieure. L'appareil excite l'eau par un signal électromagnétique dont la fréquence s'échelonne entre 0 et 22'000 Hz. Une sonde récupère le signal et un logiciel permet de le visualiser sous différentes formes grâce à un analyseur de spectre.




Objectif de l'expérience

Le but de l'expérience est d'observer la signature vibratoire d'un vin lorsqu'il est mis dans différents récipients. J'ai choisi un vin rouge de 3 ans, un Tradition du Mas Lavail / Côtes du Roussillon Villages, que j'ai mesuré successivement, dans sa bouteille d'origine, puis après l'avoir versé dans un verre Master et finalement dans un vulgaire verre à whisky. Le vin a été mesuré environ 20 secondes après avoir été versé dans les verres.

Protocole

1/ mesure du vin directement dans sa bouteille d'origine
2/ mesure du même vin dans un verre Master (marque Royal Glass®)
3/ mesure du même vin dans un verre à whisky (marque Ikea)








Observation

Malgré le fait que le vin soit dans sa bouteille, sa vibration est suffisante pour influencer la sonde placée à 2 cm dans un verre d'eau. La vibration de l'eau revient très rapidement (env. 2 secondes) à sa vibration de base,
indiquée par la mention "neutre" sur les graphiques.

Seules les fréquences intéressantes ont été mises dans ce dossier, les autres fréquences ne montrent aucune différence, que la bouteille de vin soit proche ou non de la sonde, le signal reste identique dans son intensité
ou dans sa forme.

L'influence du vin est clairement visible entre la 11e et la 25e seconde, pour 9 fréquences spécifiques.

Notez le signal très harmonieux qui apparaît à 1800 Hz, avec de magnifiques vagues. Les produits "vivants" ont tendance à créer un rythme dans l'eau, c'est toujours le signe d'une "harmonie".

Chaque vibration peut être associée à une couleur et à une partie du corps. Un graphique montre les parties du corps qui sont affectées par le produit. Ce vin crée de la détente, une ouverture aux autres, nous fait lâcher prise avec le mental. Quelques harmoniques dans des fréquences élevées nous donnent un sentiment de détachement, de douceur, de sérénité. Ces sentiments sont confirmés par le ressenti que l'on a en buvant du vin.

Le vin agit donc principalement sur le thymus et le cerveau, ce qui n'est guère une surprise.

L'intensité des vibrations, en valeur absolue, a été représentée sur un graphique, afin de bien montrer comment l'intensité des harmoniques diminue en passant de 200 à 2000 Hz.







Observation

Mis dans le verre Master, le vin ne perd pas sa vibration de base, au contraire, nous observons que les harmoniques en hautes fréquences, sont plus nombreuses et plus intenses. Le vin est plus "ouvert".

Concernant les fréquences 700 et 800 Hz, leur intensité est beaucoup plus grande, avec une action ciblée sur le système nerveux, procurant une grande détente dans tout le corps. Au goût, le vin est beaucoup plus doux, bien qu'il n'ait séjourné que quelques secondes dans le verre. L'effet du verre sur le vin est très rapide (moins de 10 secondes suffisent) et ne varie guère par la suite.






Observation

Mis dans un verre à whisky, le vin perd sa vibration de base, nous observons que les harmoniques en hautes fréquences, sont moins nombreuses et moins intenses. Le vin est plus "fermé".

Nous constatons une baisse d'intensité pour toutes les fréquences, et même une disparition de la fréquence liée au thymus (200 Hz). Le vin perd tout ce qui constituait sa signature vibratoire.

C'est au niveau des harmoniques élevées que l'effet du verre à whisky est le plus visible.

Au goût, le vin devient fade, très acide et presque désagréable.


Conclusion

Ce dossier n'a pas de prétention scientifique, mais a pour but de montrer que le récipient dans lequel nous buvons du vin a une grande importance sur son goût, ce que des mesures avec le Bioscope® prouvent assez facilement, tellement la différence est nette.

Le verre Master nous a surpris au niveau des mesures, le vin était non seulement meilleur au goût, mais nous avons aussi eu l'agréable surprise de voir, grâce au Bioscope®, que les mesures montraient qu'il était radicalement différent, je dirais plus "rond", plus "harmonieux, plus "ouvert", si je devais traduire les graphiques en termes compréhensibles.

Plus "rond" par la forme générale des harmoniques (courbe bleue au trait épais).
Plus "harmonieux" par le nombre total d'harmoniques (courbe bleue au trait fin).
Plus "ouvert" par la présence d'harmoniques dans des fréquences plus élevées.

La forme d'un récipient, à défaut d'avoir un effet sur la chimie du vin, a une action plus subtile, sur la perception (goût, odeur, texture) que l'on en a. Le Bioscope® met en évidence ce phénomène
et permet d'établir une corrélation entre le champ électrique du vin et les sensations que l'on a en le buvant.

master-A

master-B

master-C

master-D



Stéphane Cardinaux

Architecte EPFL

Formateur et chercheur en géobiologie et bioénergie
Spécialiste en bilan par électrophotonique GDV